LIVRES

Accueil · Public-privé · Les étranges transferts financiers de l'aéroport de Bierset

Les étranges transferts financiers de l'aéroport de Bierset

Les subsides publics gonflent les bénéfices de l’aéroport de Bierset. Des bénéfices reversés presque intégralement aux actionnaires.

«Derrière le “miracle Bierset ”, il ne faudrait pas occulter la réalité comptable de la SAB [la société qui gère l’aéroport]: ses recettes sont en effet composées à plus de 55% de subsides publiques.» C’est l’hebdo Trends-Tendances qui fait cette découverte. Et une autre: presque tout le bénéfice est redistribué aux actionnaires. De quoi nous inciter à aller, nous aussi, regarder dans les derniers comptes annuels (2006) de la SAB.

Qu’y voit-on? D’abord que presque tout le monde politique liégeois se retrouve au conseil d’administration: Robert Collignon (PS), Jean-pierre Grafé (cdH), Michel Foret (MR), Fernand Gingoux (PS), Mathieu Grosch (cdH), José Happart (PS), Laurent Léonard (PS), Maurice Mottard (PS)… Il ne manque plus que Michel Daerden et son fils, direz-vous. Même pas, puisque leur société DC & C° est chargée de réviser les comptes.

Le chiffre d’affaires 2006 s’élève à 12,8 millions d’euros, tandis que les subsides atteignent 16,6 millions, ce qui fait effectivement 56,5% du total. Voilà qui rappelle un peu les millions d’aides publiques accordés au circuit Spa-Ecclestone-Francorchamps. Une idée pour limiter les frais: ne pourrait-on pas faire rouler les F1 à Bierset? Ou faire décoller les avions sur le bitume du «grand prix»?

Après déduction de toutes les charges, la SAB affiche un bénéfice net de 242964 euros. Dont 230816 euros (95%) sont versés aux actionnaires sous forme de dividendes. Ces actionnaires sont l’intercommunale SLF (50%), la Région wallonne (25% via la Sowaer, société wallonne des aéroports) et la société Aéroports de Paris (25%). Cette dernière est une société partiellement privée cotée en Bourse. Au final, des actionnaires privés encaissent donc des subsides publics.

Du transport de GI frais à Bierset?

Pourquoi cet aéroport qui ne survit que grâce à une dose massive de subsides distribue-t-il des dividendes, plutôt que de réinjecter le bénéfice dans les activités de la société? La question interpelle…

Cependant, ces comptes cachent un autre cadeau au privé, nettement plus important, qui semble, lui, avoir échappé à Trends-Tendances. Sans les subsides wallons, la SAB n’afficherait pas un bénéfice de 242964 euros, mais une perte de 16399053 euros. Ce qui signifie que les entreprises clientes de l’aéroport payent beaucoup moins que le prix coûtant. Ce sont donc elles, en réalité, qui bénéficient des subsides.

Elles, c’est d’abord TNT, la plus importante multinationale européenne de transport express. C’est aussi CAL, qui importe des produits frais en provenance d’Israël. C’est encore Kalitta, qui fait le plein de kérosène à Bierset. Cette compagnie du Michigan achemine le courrier adressé aux GI d’Irak. Et, en sens inverse, transporte les corps de GI frais… Bref, l’argent de nos impôts est bien utilisé.

Marco Van Hees
Publié dans Solidaire le 5 septembre 2007

01.09.2008. 23:13

 

Commentaires

giuseppina 01.09.2009. 22:50

ca fait mal de lire ces lignes. alors qu'il y a bien des gens malheureux !

<< Première < Précédent [1 / 2] Suivant > Dernière >>

No commenting allowed at this time.