LIVRES

Accueil · Finance · Jusqu'à combien d’actions est-on un «petit» actionnaire?

Jusqu'à combien d’actions est-on un «petit» actionnaire?

N’y a-t-il que de petits actionnaires dans le capital de Fortis? étaient-ils bien représentés à l’assemblée? Et c’est quoi, petit ?

À priori, si vous détenez 70% des actions d’une société, vous n’êtes pas un petit actionnaire. Mais s’il s’agit du capital de la SPRL Fritkot Ducoin, cela ne vous garantit pas la fortune d’un Albert Frère. Or, celui-ci ne possède que 5% de Total, par exemple, alors qu’il en est tout de même le premier actionnaire.

Retenons donc comme définition de «petit actionnaire», celle que sous-entend généralement cette expression dans le dossier Fortis: quelqu’un qui n’a pas un gros patrimoine. Cela étant éclairci, passons aux chiffres.

Les plus gros actionnaires connus de Fortis sont des banques-assurances (comme Ping An à 4,99%, Axa à 3,71% ou UBS à 2,98%) et des investisseurs institutionnels (comme le fonds de pension néerlandais ABP à 2%). N’oublions pas qu’un petit 2%, cela fait tout de même… 50 millions d’actions.

En deuxième ligne, on trouve une flopée de grandes (riches, veut-on dire) familles détenant moins de 1%: les Lippens, bien sûr, mais aussi les Solvay, Boël, t’Serstevens, Paquot, Saverijs, Van der Mersch, Van Waeyenberge, Santens, Vanden Avenne, Van Hool, Roussis, Tytgadt, Sabbe, Dossche, Versele, etc. N’oublions pas qu’un tout petit 0,2% comme celui des Boël, cela fait tout de même… 5 millions d’actions.

Puis vient le peloton des 500.000 actionnaires, au sein duquel il y a encore de grandes différences. Comme le capital de Fortis compte quelque 2,5 milliards d’actions, cela fait une moyenne de 5.000 actions par actionnaire. Attention : la moyenne est une donnée trompeuse[i]. Vu le poids des gros actionnaires, on peut supposer qu’une majorité des actionnaires possède nettement moins que 5.000 actions.

150 clients de Deminor possèdent 15 millions d'actions

Cette disparité se retrouve dans les clients des cabinets d’avocats représentant les supposés «petits» actionnaires. Deminor, par exemple, auraient 11.657 clients possédant en tout 35 millions d'actions. Soit 3.000 actions par client. Mais 150 de ces clients possèdent 15 millions d'actions. Soit 100.000 actions par gros clients.

Finalement, le meilleur moyen de savoir ce qu’est un «petit» actionnaire, n’est-il pas de chercher dans votre entourage des personnes possédant des Fortis. Faites le test. Dans notre cas personnel, ces personnes ont perdu de l’ordre de 10.000 euros. Pour une perte de 20 euros par titre, cela fait un paquet de 500 actions. Bon, s’il y a un ministre des Affaires étrangères dans votre entourage, vous répondrez plutôt 2.500 actions.

C’est encore nettement moins que les 100.000 actions que détenaient (en moyenne!) les 5.000 actionnaires présents à l’assemblée de ce 11 février. Non seulement, le vote y suivait le principe «une action = une voix» (et non un homme = une voix), mais en plus, les petits actionnaires y étaient donc magistralement sous-représentés. Telle est la démocratie du capital…

Marco Van Hees
Publié dans Solidaire le 20 février 2009



[i] Exemple: si 400000 actionnaires possèdent chacun 500 actions et 100000 actionnaires possèdent chacun 23000 actions, cela fait une moyenne - trompeuse - de 5000 actions.

17.02.2009. 22:13

 

Commentaires

Prou1972 17.02.2009. 22:56

Bonjour,
j'ai lu vos articles avec plaisir. Cela n'apportera pas grand-chose au débat mais je me considère comme un petit actionnaire... cad que j'avais 1000 actions, achetées en plusieurs salves, lors notamment de l'augmentation de capital. J'ai donc perdu environ 10 000 euros. Pas de quoi gâcher une vie entière mais je n'aime pas me faire plumer et j'ai donc dès le départ mandaté Me Modrikamen pour me défendre.
Je ne sais pas où tout cela va nous mener mais c'était une question de principe et d'honneur.
Bien à vous.

<< Première < Précédent [1 / 2647] Suivant > Dernière >>

No commenting allowed at this time.